Dans les coulisses... d'une classe inversée
Episode 14 - Quand ça repart !

Octobre 2018, après un mois de prise de repères et d'adaptation à mon nouveau contexte, des solutions sont trouvées pour envisager la mise en place des classes inversées avec mes 4es. Mon expérience dans mon précédent collège est un atout pour procéder progressivement et différemment. Ce sera également l'occasion d'expérimenter quelques pistes découvertes lors du CLIC2018.


1- Apprendre à se connaître

Le plus urgent est de prendre son temps. Prendre son temps pour apprendre à se connaître. Le mois de septembre aura servi à cela : les élèves ont appris à me connaître et inversement, j'ai appris à les connaître (Oh que les changements de salles et de repères ont titillé ma mémoire : il m'a fallu le double de temps pour apprendre tous les prénoms des élèves cette année). Mais apprendre à connaître ses élèves ne se résume pas à apprendre leurs prénoms.

N'oublions pas les parents. Les réunions parents-profs de ce mois de septembre ont permis de prendre contact et de faire les présentations des méthodes et des projets.

2- Avoir un environnement favorable

La deuxième quinzaine de septembre a apporté son lot de bonnes nouvelles avec la mise à disposition de ma propre salle avec son TNI. Pour le moment, je l'ai laissée disposée en rangée d'autobus pour terminer les chapitres en cours et ne pas chambouler les élèves brutalement. Les tables sont regroupées par deux ou trois, ce qui permet néanmoins de lancer plusieurs activités par binôme et trinôme.

Quelques jours plus tard, en discutant avec l'agent de maintenance, un nouvel élément va modifier la classe : un deuxième grand tableau blanc va être installé au fond de la classe avant les vacances... suspense suspense !

3- Présenter les supports numériques aux élèves

Pour mettre en place mes classes inversées, je ferai appel à deux supports numériques : mon propre site internet et l'ENT du collège. Ils vont être progressivement introduits en classe.

Cette année, les élèves de 4e vont avancer dans leur programme autour d'un fil rouge sur la Pyramide de Sierpinski. Pas à pas, leur parcours sera mis en ligne. C'est leur entrée vers mon site. De fil en aiguille, le lien est fait avec les caspules vidéos : certains d'entre eux, plus curieux, y vont jeter un coup d'oeil et complètent leur apprentissage personnel avec. Quelquefois, ils interviennent en classe "oh, mais je l'ai vu sur votre vidéo". L'effet boule de neige est lancé sans que je n'ai réellement à l'initier.

Le deuxième support, l'ENT du collège est une découverte pour tous, puisqu'il vient d'être mis en place en cette rentrée. Sur cette plateforme, un onglet pour les exercices interactifs en ligne est disponible. Super, cela me permettra de ne plus utiliser Google Form et d'être en conformité avec le RGPD. Fin septembre, les élèves reçoivent leurs codes personnels pour cet ENT. Je concocte alors pour les volontaires deux questionnaires en ligne sur le chapitre en cours. Bonne surprise, les volontaires sont assez nombreux ce qui nous permet, à eux en tant qu'élèves et à moi en tant que professeur, de découvrir les fonctionnalités de cet outil. 

Les bases matérielles sont posées.

4- Présenter la classe inversée

Présentation : check ! Salle de classe : check ! Supports numériques : check ! Reste à présenter le principe des classes inversées.

Je profite des différences de rythme pendant la recopie du cours, pour semer quelques petites graines et donner quelques petites explications. Idem pendant la présentation du questionnaire en ligne sur l'ENT.

A la fin du chapitre, pause ! Un temps est spécialement dédié en classe à la présentation des classes inversées. En parallèle, un message est envoyé aux familles avec un flyer dessus. 

5- Se lancer

C'est parti ! Le nouveau chapitre se fera en mode inversé... ou presque ! Pour le moment, les élèves visionnent les capsules-vidéos à la maison pour recopier le cours et se testent immédiatement sur un court questionnaire en ligne sur l'ENT. Leur participation est massive et les résultats sont très positifs. J'ai de nouveau accès à leur feedback à très court terme sur l'acquisition des notions et je cerne mieux les difficultés individuelles. Deux éléments que j'avais perdus dans le retour à mon mode traditionnel.

En classe, ils travaillent à deux ou trois sur des exercices et activités. Leur engagement est bien meilleur et de mon côté, j'apporte davantage d'aide à ceux qui en ont besoin. Le cours de maths revit.

Suite à une piste donnée lors du CLIC, un classeur "classe" est inauguré : dans ce classeur, les élèves rédigent tour à tour une (et pourquoi pas plusieurs) correction(s) des exercices, validée(s) en amont. Ce classeur est disponible à chacun et à tout moment de la phase en groupe. Le prénom du correcteur étant annoté à côté de la référence de l'exercice, il sera facile de l'identifier pour éventuellement aller lui poser des questions.

Mais, ce n'est pas fini... une étape importante doit encore se mettre en place : le véritable travail en îlot avec l'utilisation des supports réels de la salle (le classeur et les tableaux !!!).

Suite au prochain épisode.